MIGRANTS

Nous voulons un monde global où chacun peut exercer son droit à se déplacer, à faire des expériences ailleurs, à retourner, à se mouvoir dans des différents pays.

Nous voulons raconter la tendance à la formation de communautés transnationales, situées à mi-chemin entre le pays d’origine et le pays d’arrivée des migrants. Nous voulons construire un environnement migratoire dans lequel les mouvements des migrants vont contribuer à la croissance civile, économique et culturelle du pays d’accueil tout comme du pays d’origine, en créant des liens continus entre les différents contextes qu’ils touchent.

Notre engagement est en faveur de la mondialisation; non pas la mondialisation qui procède d‘en haut, des marchés financiers, des sociétés multinationales et du turbo-capitalisme; nous soutenons la mondialisation d’en bas, crée par les mouvements des migrants.

Nous avons abordé ces thèmes  durant plusieurs occasions et initiatives.

La première s’est tenue à Dakar. Nous avons organisé un atelier de formation sur des thèmes juridiques, culturels, et économiques liés à la migration sénégalaise en Italie à des fonctionnaires de divers ministères du Sénégal, impliqués dans la gestion du phénomène migratoire dans leur pays. Les séminaires qui ont duré trois semaines , se sont tenus dans le siège central de l’INCA-CGIL à Dakar sis au POINT  E. Ils ont bénéficié de l’intervention de formateurs venus de l’OIM de Dakar , de l’Université Cheikh Anta Diop, de l’Association Roma-Dakar et en outre des avocats de l’association Progetto Diritti Onlus. Les contenus  de la formation ont été beaucoup appréciés par les participants, qui ont qualifié l’initiative comme étant une occasion de véritable  capacity building pour une meilleure gestion de la migration sénégalaise , au moins pour ce qui concerne le contexte italien.

Dans le cadre du  même projet   s’est tenu à Dakar un congrès sur le thème Construire un pont entre l’Italie et le SénégalPour la défense du travail migrant organisé par l’association Roma- Dakar, en collaboration avec d’autres organisations italiennes et sénégalaises et avec la contribution financière du Ministère de l’Intérieur. Ont participé au congrès les représentants des institutions et associations sénégalaises et italiennes, des universités de Dakar UCAD et Roma Tre, du Ministère de l’Intérieur et des Ministères sénégalais du Travail et de l’Extérieur. Durant les travaux il a été beaucoup question des politiques migratoires, de l’immigration volontaire et de soutien aux projets de retour avec une attention toute particulière aux questions étroitement liées à la sécurité sociale et à la retraite. Au terme de la conférence internationale les représentants du syndicat INCA –CGIL, Claudio Piccinini , de l’association Progetto Diritti, Mario Angelelli et Arturo Salerni, de Roma- Dakar , Cheikh Kébé et du Centre Doxandem, Francesca Grassi et Mambaye Diop, ont de concert demandé aux forces politiques parlementaires  italiennes de ne ménager aucun effort afin d’amener les deux états à ratifier une convention bilatérale en matière de sécurité sociale.

Le séminaire a été un moment  de vifs échanges et un véritable incubateur d’actions et de stratégies futures . L’association Roma-Dakar , consciente de sa propre transnationalité, s’est assignée la mission  d’interlocuteur et de facilitateur fiable pour d’autres moments de dialogue intergouvernemental.

Par conséquent sur la base des discussions nées du congrès des 11 et 12 décembre, l’association Roma -Dakar  faisant référence aux engagements pris, a obtenu  de la part d’un consistant groupe de parlementaires  italiens la  présentation  de l’interpellation numéro 2-00534, avec laquelle  a été  sollicitée l’adoption rapide d’un accord bilatéral avec le Sénégal.

A travers cette initiative les parlementaires italiens ont demandé au Ministre du travail et au Ministre italien des Affaires Etrangères  de faire un rapport sur l’état “des relations entre la délégation italienne et sénégalaise pour la ratification d’une convention en matière de Sécurité Sociale et si  l’intention de leur gouvernement  est d’œuvrer dans ce sens, quels sont les temps, les modalités et les contenus, pour reprendre les contacts avec le Sénégal pour l’adoption d’un accord bilatéral”.

Même si malheureusement, la réponse du gouvernement italien reste insatisfaisante à cet égard  , le 25 juin 2014 l’association Roma- Dakar  en collaboration avec Progetto Diritti et le Centre Doxandem a organisé à Rome à la Chambre des Députés une rencontre sur le thème: Les sénégalais vont ils en retraite? Ceci pour attirer vraiment l’attention des uns et des autres sur un thème aussi délicat et important.

Voir ici l’affiche et les photos de la rencontre.

Ont participé aux travaux des représentants des associations sénégalaises au niveau national et local, le monde syndical, des experts italiens et sénégalais des droits sociaux, l’Ambassade du Sénégal à Rome et quelques représentants du Parlement italien. La députée Chiara Gribaudo du Partito Democratico a exprimé sa propre volonté d’insérer le thème dans l’agenda parlementaire, avec l’organisation d’auditions, la prédisposition de motion pour engager le Gouvernement italien.  Arturo Scotto, député du parti Sinistra, Ecologia e Libertà, membre de la commission Extérieur  s’est inscrit lui aussi dans ce sens. Le Ministre sénégalais du travail Mansour Sy a à son tour envoyé ses félicitations aux organisateurs et exprimé son attention particulière au sujet.

A distance d’un an environ le même thème a été repris à Rome, moment auquel  un document de réflexion et d’invitation au débat destiné à tous les acteurs de la société civile, aux organisations de défense des émigrés, aux syndicats, aux forces  politiques, aux communautés étrangères présentes  en Italie, a été publié. Thème de l’initiative: “La retraite des migrants et le droit au retour”

Télécharger ici le document complet

Ce même document a été l’objet de discussion à Rome, dans l’enceinte de la commune, avec la présence du vice maire, d’un représentant de l’ambassade du Sénégal et de beaucoup d’autres associations sénégalaises et communautés étrangères.

Voir ici la présentation de la rencontre.

Dans le cadre de la table  ronde  a été lancée la proposition de  créer le “statut de l’émigré au retour”, une série de mesures tels que: la stipulation de conventions bilatérales entre l’Italie et les pays à forte affluence migratoire, le renforcement des programmes existants en matière de retour volontaire, la mise en place de régimes de retraite flexibles pour les travailleurs étrangers qui manifestent le désir de retourner au pays d’origine, l’expérimentation de la suspension du permis de séjour pour une période de trois ans pour ceux d’entre eux  qui tentent  un retour productif en patrie avec la possibilité de réactiver les droits de séjour en cas  d’entrée en Italie dans les délais préétablis.

Ce patrimoine de réflexion et d’initiatives a été recueilli dans une publication online bilingue (italien et français), placé dans les sites ritornoinsenegal.org et retourausenegal.org. Le site contient la synthèse des données et des informations scientifiques sur les migrations ( surtout du retour) en l’Italie et le Sénégal.

Le site internet  s’engage à récolter et à rendre accessibles  les études et les sources documentaires en matière de  migrations  à un public plus vaste composé de sénégalais et sénégalaises. Les sources ciblées ont été rangées par arguments et accompagnés par de brefs textes de commentaire.

Des séances de présentation du site et des recherches ont été organisées , la premièrea eu lieu à Rome dans le quartier Pigneto, à forte présence sénégalaise, dans les locaux de l’association de zone “Cambiapiano”.

Voir ici l’affiche de l’initiative. Nous avons aussi présenté le projet à Pomezia et à l’institut Melone de Ladispoli.

Un séminaire public s’est tenu aussi  à Dakar sous le thème Le retour et l’investissement des sénégalais de l’extérieur: propositions pour un retour raisonné. Les travaux se sont déroulés dans la faculté de Droit de . l’université de Dakar avec une présence massive de public intéressé. Il a été un véritable événement qui a placé avec force  dans le contexte sénégalais le thème du “retour raisonné”

Le séminaire a atteint pleinement son objectif préfixé , celui de maintenir l’équilibre le débat critique, les expériences de vie, la vision politique, les différentes agences et institutions présentes ont eu l’espace pour s’exprimer , mais aussi le public générique est intervenu sur le thème sous un ton prépositif et modéré. La salle était composée en majorité des migrants au retour ( ou en circulation)de l’Italie, ce qui confirme le lien étroit  que l’association est entrain de construire soigneusement avec les différentes couches de la diaspora.

Tu peux voir ici  les photos de l’initiative. Au cours des travaux nous perlé sur le thème  Migrations de retour de l’Italie au Sénégal.

L’intérêt suscité par nos initiatives se confirme en deux transmissions télévisées, la première sur la chaine nationale italienne TV2000 et l’autre au cours de l’émission Keur Gui.

 

 

 

Dans le cadre de notre longue réflexion sur la migration de retour, nous avons publié un cahier intitulé Andata+Ritorno: percorsi migratori dall’Italia al Senegal. Dans le cahier on offre un éventail sur les «migrations de retour»  de l’Italie au Sénégal; vous y trouverez l’exposition des résultats obtenus par une enquête réalisée en 2016 de l’association Roma-Dakar dans le cadre du projet Retour raisonné (voir l’article de Ceschi), une représentation des problèmes de réglementation encore dus à une législation inefficace face aux migrations de retour (voir les articles de Santini, Melchioda-Pittau-Bea, Angelelli), un effort de quantification du phénomène du «retour» des migrants (Melchionda-Pittau), un article sur l’imaginaire cinématographique européen et africain lié au retour (Mecozzi).

Le cahier nr. 1 de Roma-Dakar est online,  cliquez ici pour lire la publication gratuitement en langue italienne.

Nous avons contribué à la réalisation du projet CREA (CReation Emplois dans l’Agriculture –  financé par le Ministère de l’intérieur italien coordonné par l’ong  Green Cross Italia. Grace à ce soutien nous avons mis sur place le Guichet pour la migration raisonée (MiRa), destinée à informer et à sensibiliser sur les opportunités de la migration raisonnée. Le guichet apporte un soutien considérable aux migrants désirant rentrer en patrie.

Nous sommes tellement entrain en symbiose avec plusieurs migrants sénégalais  en leurs aidant à affronter  et à surmonter les difficultés bureaucratiques et administratives liées aux parcous migratoires, en particulier ceux du retour. Nous avons affronté  tout cela à travers deux initiatives publiques, la première s’est tenue à Dakar  dans le siège de l’association  ACAPES, avec un Atelier de réflexion sur les migrations;  La seconde  à Rome lors de la présentation du livre  de Karounga Camara  Oser le retour.

romadakarMIGRANTS